L'Association Atelier André Breton hébergée en nos locaux

Interview de Constance Krebs, directrice


« Faute de musée, seul un site Internet pouvait donner un aperçu de cette collection unique et la rendre accessible, dans son ensemble, au monde entier.  »
 
Pouvez-vous nous raconter les circonstances qui ont conduit les ayant-droits d'André Breton à créer cette association ?
Autrefois installée dans un atelier du 42 rue Fontaine, la collection d’André Breton s’éclairait par des baies situées sur une façade du boulevard de Clichy. L’adresse n’a jamais changé depuis 1922. En 2002, après la mort d’Elisa Breton, et faute d’avoir trouvé un lieu adéquat pour exposer la collection, Aube et Oona Elléouët, fille et petite-fille du poète, ont décidé de vendre. La vente a eu lieu à l’Hôtel Drouot du 7 au 17 avril 2003.

Faute de musée, seul un site Internet pouvait donner un aperçu de cette collection unique et la rendre accessible, dans son ensemble, au monde entier. Un premier site, réservé aux chercheurs, fut ainsi ouvert en 2003, sur la base du catalogue de la vente. Un nouveau site, ouvert à tous, le remplace depuis 2009 : http://andrebreton.fr. Il montre chaque objet de la collection et toutes les pages des documents manuscrits, comme le précédent. En outre, il donne accès au document et à l’œuvre présentés en faisant un lien vers le musée, la bibliothèque qui les conservent, en proposant au public de compléter les notices à l'aide d'un wiki, modéré par un conseil scientifique composé d'universitaires et de conservateurs, de littéraires et d'historiens de l'art.

 


Quelles sont les missions principales de l'association ?
Administré sous la responsabilité de l'Association Atelier André Breton, le site se présente aujourd'hui sous la forme d'une base de données évolutive qui permet à chacun de l'enrichir à tout moment et partout dans le monde. 

La collection mise en ligne est riche à ce jour de 6 772 auteurs et personnes citées, de 120 séries et dossiers, de 591 éditeurs, de 3 290 livres, de 295 tableaux, 123 sculptures et 313 dessins, de 649 manuscrits, auxquels on a ajouté des archives (426 occurrences) comme les tracts (79 occurrences) et les affiches, des correspondances (437 occurrences actives). Parmi d’autres.

Le lecteur se rend vite compte que parmi toutes ces données : les dossiers d’expositions, les albums photographiques et les chemises regroupant les notes manuscrites des travaux collectifs des surréalistes, Breton travaillait chaque jour. Ses objets n’étaient qu’un élément de son engagement pour le surréalisme, pour l’écriture, pour l'action. Lorsqu’il se promène, c’est pour revenir la poche gonflée d’une agate, d’une racine évoquant une image, souvenir qui débouchera sur un texte ou une exposition.

Faire partager l’émerveillement qu’on a ressenti à la découverte de ces images, « offrir le surréalisme au monde », comme l’a proposé Aube Breton-Elléouët, consiste à inciter à la promenade tout en gardant à l’esprit la rigueur logique nécessaire à la recherche. 

Les accès sont multiples : par catégories, par les tags, par le mur  ou l'atelier. Par contributeur. Les données sont aussi regroupées par série : ainsi les manuscrits d'André Breton, la boîte qui contenait les documents relatifs à Nadja, ou les Sommeils.

À vous de compléter les informations par vos propres connaissances du surréalisme, de l'art populaire, des arts graphiques ou tribaux, etc. Si, par exemple, vous avez en votre possession des lettres en réponse aux correspondances qui sont présentées ici, vous pouvez en proposer une copie et un commentaire par l'intermédiaire du wiki. Notre conseil scientifique en sera immédiatement saisi pour valider votre contribution. Cette notice pourra rapidement être mise en ligne sous licence de création contributive (cc by, nc) et être accessible à tous les passionnés.

Qui est votre public ?
Plusieurs niveaux de lectures sont possibles en fonction de l'oeuvre proposée et de son propre regard. Le site AB est a priori conçu pour les chercheurs, mais il intéresse également toutes les personnes qui aiment à s'émerveiller. Il suffit de cliquer sur l'un ou l'autre objet du Mur ou de l'Atelier pour se laisser guider, emporté par l'étrangeté du lieu et, peut-être, chercher à comprendre la place qu’occupe le pangolin à côté de Musidora, des papillons surréalistes auprès de Trotsky. Le site est à destination de tous ceux qui le souhaitent.

Avez-vous des partenaires? Quelles formes prennent ces partenariats ?
Nos partenaires évoluent tous à titre gracieux : conseil scientifique, échanges de compétences, mise en commun de projets similaires. Il s'agit de la bibliothèque littéraire Jacques Doucet, de la bibliothèque Kandinsky, du Musée national d'Art moderne du Centre Pompidou, la galerie Meyer, la galerie 1900-2000.

Quels sont vos enjeux de développements dans les années à venir ?
Le principal projet consiste à mettre à jour les données du site : le wiki est d'ailleurs là pour cela, et nous vous invitons à nous écrire si vous souhaitez participer à notre atelier.

Pourquoi avoir eu envie de rejoindre Fontaine O Livres ?
Rejoindre Fontaine O Livres permet à l'association Atelier André Breton de travailler dans des conditions exemplaires : bureaux confortables et silencieux, ambiance de travail sereine et conviviale.

> Découvrez toutes les structures hébergées à Fontaine O Livres

Newsletter DE FONTAINE O LIVRES ET DE SA COMMUNAUTÉ

Vous pouvez vous inscrire à nos lettres d'informations :

 

 


S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER

 

*Obligatoire

9cb334c0172770223433f51fc98eacc5

Contacts

Pour nous contacter :
Adresse : 13 rue de Vaucouleurs 75011 Paris
Téléphone : 01 43 14 03 94
E-mail : contact@fontaineolivres.com
Ou par le formulaire de contact ci-dessous :