Fontaine O Livres
Sur "Le Ciel du Centaure" de Hugo Santiago

Accueil du site> Lignes > Sur "Le Ciel du Centaure" de Hugo Santiago


Auteur(s) : Alain Badiou, Jean-Luc Nancy, Alexander García Düttmann

Editeur(S) : Éditions Lignes

Prix : 14 euros

+Vous aimez ? consultez la fiche "Lignes"

À l’occasion de la sortie en salle du nouveau film de Hugo Santiago, "Le Ciel du Centaure", un livre à trois voix, de trois philosophes, perpétuant la tradition de ce cinéaste qu’ont inaugurée Deleuze, Faye, Roubaud et Touraine en défense du deuxième des ses films, "Les Autres" (Santiago, Borges, Bioy Casares), qui avait fait scandale au festival de Cannes de 1974.
Le nouveau film de Hugo Santiago, Le Ciel du Centaure, est un conte fantastique dont la fable nous fait parcourir un Buenos Aires aussi onirique que reconnaissable. Il s’agit d’une quête témoignant d’une fidélité, d’une chasse au trésor alimentée par une convoitise, d’une recherche visant le seul plaisir du beau. Un étranger arrive à bord d’un navire dans le port de la ville. Chargé de déposer un colis chez un ami de son père avant le départ du bateau, il s’enfonce dans le dédale urbain sans toutefois connaître le contenu de ce qui lui a été confié. Le destinataire semble avoir disparu, et l’étranger suivra un itinéraire improvisé au fur et à mesure de ses rencontres, à moins que le parcours ne soit conçu d’avance. Très vite il tombe dans les mains d’une bande qui lui vole son paquet et, ne trouvant pas à l’intérieur l’objet cherché, menace de le tuer.
Le périple commence. Quel est son véritable enjeu ? L’étranger n’en sait rien. Même si le hasard intervient dans l’enchaînement des scènes, on dirait que l’étranger est attendu à Buenos Aires, ou que les traces de son errance contribuent à former une constellation dans laquelle il s’insère. Il avance et il recule sous le ciel du Centaure. Et le film dont chaque plan a été imaginé avant le tournage et chaque paramètre a été fixé pendant le montage, ou le réglage, guette déjà le spectateur virtuel afin de le capturer et l’emporter avec lui. Mais une fois que l’étranger et le spectateur acceptent le défi, que la caméra enroule l’espace avec ces mouvements incessants, que la couleur inonde les images pour se retirer aussitôt, que la musique de tango, toujours prête à démarrer, s’impatiente, le divertimento que Hugo Santiago propose soulève encore une question. Qu’est-ce qui nous arrive lorsque, curieux, aveuglés, exaspérés, amoureux, accablés, émerveillés, traqués, étourdis, attirés, nous nous apercevons de ceci : que nous avons pris du plaisir, ou qu’il y avait là du sens, un sens qui nous échappe, qui doit nous échapper et côtoyer le non-sens s’il ne veut pas se figer dans une signification appropriable et manipulable ? Est-ce une sorte de grâce ?

» Informations complémentaires