Fontaine O Livres
Les pingouins de l’universel. Antijudaïsme, antisémitisme, antisionisme

Accueil du site> Lignes > Les pingouins de l’universel. Antijudaïsme, antisémitisme, antisionisme


Auteur(s) : Ivan Segré

Editeur(S) : Éditions Lignes

Prix : 15 euros

+Vous aimez ? consultez la fiche "Lignes"

La question d’Israël : un sujet en effet « sensible ». C’est pourquoi il fallait un livre d’inspiration progressiste (l’auteur dit : « ouvrière ») à la fois raisonné, instruit et senti.
Il est clair qu’au sujet du nom « Israël » bien des prises de position sont crispées, parce qu’irrationnelles. Qu’un nom soit noué à des affects, rien de plus normal, de plus commun. Mais que les affects prennent le pas sur les raisons, c’est à l’évidence dommageable, en premier lieu pour les juifs, sans doute, mais pas seulement. Et c’est singulier.
Dans Les pingouins de l’universel. Antijudaïsme, antisémitisme, antisionisme, Ivan Segré se propose de reprendre le fil historique et politique des raisons : dans une première partie, il aborde la question à partir de l’antijudaïsme antique, puis chrétien, jusqu’à l’antisémitisme. Dans une seconde partie, il aborde l’antisionisme. Il s’agit d’y voir clair, tout simplement.
Les qualités de l’auteur sont connues, et cet ouvrage les confirme : la démarche est rationaliste, le sujet est maîtrisé, l’inspiration est progressiste (« ouvrière » dit-il ailleurs).
Qu’est-ce que l’antijudaïsme ? Principalement une xénophobie, apprend-on au début de son enquête, mais qui a deux versants : l’un est politique (païen), l’autre théologique (chrétien). Le préjugé théologique domine au Moyen-Âge. Puis, avec la Renaissance, la politique réacquiert son antique prééminence sur la théologie. La Révolution vient après, d’où procèdent les grandes pensées, de Saint Just à Marx et Trotsky, Weil, Arendt, Badiou. Cependant, la théologie n’en continue pas moins de tirer quelques ficelles, comme dans la parabole du « nain bossu » de Benjamin, dans sa première thèse sur le concept d’histoire. Et la xénophobie sur la scène de l’Histoire ne cesse de refaire surface.
L’antisémitisme est la métamorphose raciste de l’antijudaïsme xénophobe, et il conduisit à Auschwitz. C’est un point acquis aux yeux de tous. Mais un autre fait, quasiment contemporain, lui est associé : la création de l’État d’Israël. Et à ce sujet, rien ne semble acquis aux yeux de personne.
Il importait grandement qu’un livre sobre, réfléchi et cependant résolu apporte des raisons, des éclaircissements à une question qui ne cesse de cliver, et de cliver bien au-delà, et parfois bien autrement, que ne clivent d’autres questions, moins « sensibles » apparemment.
C’est en effet un sujet « sensible », la question d’Israël et de l’antisionisme. Et c’est pourquoi il fallait un livre à la fois raisonné, instruit et senti. Il n’en fallait pas moins pour dissiper les confusions et grandir les débats.

L’auteur
Ivan Segré est né en 1973. Il a suivi des études de Philosophie et de Littérature à l’université Paris 10, puis à l’université Paris 8. Titulaire d’un doctorat en philosophie (Thèse de doctorat : La réaction philosémite à l’épreuve de l’histoire juive, sous la direction de Daniel Bensaïd ; 2008), il publié aux Éditions Lignes Qu’appelle-t-on penser Auschwitz et La réaction philosémite (2009) et a collaboré à différentes revues (Lignes, L’autre côté, Labyrinthe). Il vit aujourd’hui en Israël, où il poursuit ses recherches talmudiques et philosophiques.

» Informations complémentaires