Fontaine O Livres
La Prison des pauvres, L’expérience des workhouses en Angleterre

Accueil du site> Vendémiaire > La Prison des pauvres, L’expérience des workhouses en Angleterre


Auteur(s) : Jacques Carré

Editeur(S) : Vendémiaire

Prix : 25 euros

+Vous aimez ? consultez la fiche "Vendémiaire"

Les workhouses, ce sont ces maisons de travail, tristement célèbres depuis que Dickens les a décrites dans Oliver Twist, où l’on a parqué les pauvres en Angleterre durant plus de trois cents ans : du XVIIe siècle jusqu’au début du XXe, y ont été exclus de la société et soumis à un travail pénible aussi bien qu’aux brimades des surveillants les enfants, adultes ou vieillards jugés incapables de s’insérer dans une société urbanisée de plus en plus compétitive. Souvent soupçonnés de paresse, voire d’immoralité et de malhonnêteté, ils y étaient accoutrés d’uniformes où était cousue la lettre P (pour pauper), entassés dans des dortoirs dont la promiscuité favorisait la propagation des maladies, en butte à une discipline pénitentiaire qui préconisait, entre autres, l’usage du fouet, la privation de nourriture et l’envoi au cachot…
Pourtant, les workhouses ont aussi été des établissements de secours aux indigents d’un genre unique en Europe : à la fois ateliers et hospices, où le travail manuel fédérait un projet de société – une forme d’assistance publique avant l’heure. Ces institutions furent au cœur des réflexions des philosophes et des économistes s’efforçant de trouver des solutions aux questions de la marginalité et du chômage, des problèmes que nos sociétés n’ont toujours pas su résoudre.
Jacques Carré fait ici resurgir, derrière les discours officiels moralisateurs de l’époque, la voix et le quotidien des milliers d’anonymes et laissés-pour-compte qui ont peuplé ces asiles de pauvres.

L’auteur
Jacques Carré, professeur émérite d’études britanniques à l’Université Paris-Sorbonne, est spécialiste de l’histoire culturelle et sociale britannique des XVIIIe et XIXe siècles. Il s’est intéressé en particulier aux rapports entre architecture et société, sociabilité et savoir-vivre, ainsi qu’à l’histoire de la pauvreté et à l’utopie. Il a notamment édité le volume Les Visiteurs du pauvre, anthologie d’enquêtes britanniques sur la pauvreté urbaine, XIXe-XXe siècles.

» Informations complémentaires