Fontaine O Livres
Comme une grande

Accueil du site> Éditions du Mauconduit > Comme une grande


Auteur(s) : Elisa Fourniret

Editeur(S) : Éditions du Mauconduit

Prix : 19,50 euros

+Vous aimez ? consultez la fiche "Éditions du Mauconduit"

« J’enrage du rythme de dingue, de me sentir écartelée entre le taf, la vie de famille, l’amour avec mon homme, la difficulté d’être maman et maîtresse dans le même espace-temps, le perpétuel manque de fric, la nécessité de la création. Tout ce business est le fruit de mes choix de vie, mais bon dieu, y’a des moments, je te jure, où l’amertume pourrait m’attraper dans sa main glacée. » L’histoire de l’héroïne commence à Longwy, en Lorraine, où ses parents, descendants d’immigrés polonais et italiens, sont ouvriers. Une enfance joyeuse dans une région en train de sombrer, où l’industrie sidérurgique portée par Usinor-Sacilor finit de s’écrouler. Une casse humaine dont ses parents ont réchappé en quittant la région, en changeant de vie. Aujourd’hui, elle a quarante ans et une liberté revendiquée. Comme une « grande » et comme tant de femmes d’aujourd’hui, elle élève son fils, pilotant « seule, vaille que vaille, un rafiot conçu à deux ». Dans ce roman plein d’humour et de dérision, bouillonnant de vie et de questionnements hardis sur la société, elle arpente les rues et les rues et les bistrots de Paris, du canal Saint-Martin à Ménilmontant. Ce road-movie urbain est traversé par les réminiscences de son enfance près des hauts-fourneaux et par les dialogues vifs et tendres avec son fils à qui elle tente d’expliquer la vie des grands… Son périple est aussi une quête d’amour tandis que « l’autre qu’on a aimé », le père de l’enfant, lâche doucement la rampe sociale. Au bout du chemin, un homme est là, qui l’accompagne mais pour combien de temps ? « Un arc-en-ciel crève soudain le ciel plombé, signant le retour du soleil. Je reprends ma route, côté lumière, en me moquant des flaques. Je laisse les rayons me réchauffer le museau. Si je me retourne, je vois l’ogre chagrin, très loin derrière. Il va devoir suer, le coquin, s’il veut me rattraper pour me croquer. J’ai des bottes de sept lieues, d’un coup d’un seul, on dirait. Je vais profiter de mon avance, pour savourer à fond, rire, chanter… »

» Informations complémentaires